Ce vendredi 16 janvier, lors de la traditionnelle soirée de Nouvel An qui se déroulait cette année dans les locaux de Creative District, JCI Bruxelles rencontrait Djump et ListMinut, 2 start-up bruxelloises qui proposent respectivement des services de mobilité et de prestations entre particuliers.

Airbnb, Uber, Blablacar, on connait tous au moins une entreprise d’économie collaborative. On a peut-être même déjà essayé, en tant qu’utilisateur ou prestataire. Ces services monnayés entre particuliers sont aujourd’hui toutefois sujets à polémique, et considérés par les professionnels (hôtels, taxi etc.) comme une concurrence déloyale.
Alors, l’économie collaborative, une opportunité ou une menace ?
Ce fut l’occasion pour les membres de JCI Bruxelles d’y réfléchir et d’en débattre ensemble.

Olivier Delens de Djump nous a tout d’abord présenté son modèle.

JCI_Bruxelles_Djump


Présentation de Djump par Olivier Delens

L’idée est simple : permettre à des conducteurs expérimentés de proposer leurs services à la communauté. En tant qu’utilisateur, vous pouvez demander à ce que l’on vienne vous chercher et que l’on vous dépose où vous le souhaitez. Pratique, non ?
Votre expérience a été agréable ? A vous d’évaluer le conducteur et de lui attribuer une donation !
Découvrir Djump et télécharger l’application

Alexis Safarikas nous a ensuite parlé d’économie collaborative de manière générale, mais surtout de ListMinut.

ListMinut permet de se faciliter la vie en confiant une tâche que l’on n’a pas envie de faire, où qu’on ne sait pas faire (jardinage, déménagement, bricolage, garde d’animaux…) à un particulier qu’on aura choisi, et au prix qu’on aura choisi.

JCI_Bruxelles_Listminut


Présentation de Listminute par Alexis Safarikas

Tout comme pour Djump, les prestataires sont évalués par les utilisateurs, ce qui limite les expériences négatives et permet un échange basé sur la confiance.
Découvrir ListMinut

Ces 2 start-up nous ont montré un visage humain et visionnaire de l’économie collaborative, pas uniquement portée par la rentabilité économique, mais aussi par l’envie d’impacter sa communauté de façon conviviale et dans la confiance respective.
Mais tout cela est-il légal? Mais oui, à condition que ces revenus restent complémentaires à une profession principale. La législation belge permet d’offrir un service occasionnel à titre privé, et les donations sont autorisées sur le territoire national. Et il faut évidemment déclarer ses revenus.

La soirée a continué dans la bonne humeur avec l’apéro de Nouvel An où les intervenants et les membres de JCI Bruxelles ont pu continuer à échanger autour d’un bon verre.

Encore un grand merci à Olivier Delens et Alexis Safarikas pour nous avoir présenté Djump et ListMinut, et à Creative District pour nous avoir reçu une fois de plus dans ses locaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *